Faune et flore

Oman abrite un grand nombre d'animaux et de plantes qui varient en fonction du climat et de la topographie...

L'oryx d'Arabie, disparu du Sultanat dans les années 70, puis réintroduit en 1982, vit dans une réserve dans le centre du pays, au sud des Wahiba. Cette réserve fut inscrite à l'UNESCO en 1994 puis retiré en 2007 suite à une décision du pays de réduire la taille de la réserve de 90 % pour permettre la prospection d'hydrocarbures. L'espèce est à nouveau en danger, puisqu'il y a une soixantaine d'individus dont seulement 4 couples reproducteurs.

La réserve de Ras al-Hadd et Ras al-Jinz située là ou se rencontrent la mer d'Arabie et le golf d'Oman, accueille l'une des plus importantes concentrations de tortues vertes de l'Océan Indien (plus de 30 000). Créée en 1996, elle recouvre 120 km2 avec 45 km de côte. Ras al-Jinz est ouvert au public, permettant d'observer la ponte de ce géant des mers.

D'autres animaux sauvages tels que le léopard d'Arabie, la hyène, le lynx, le chat sauvage, le thar (chèvre sauvage)... font l'objet de protection et de condamnation sévère contre le braconnage.

N'oublions pas le dromadaire, très présent en Oman. Traditionnellement, élevé pour son lait et sa viande, ce qui permettait aux familles de faire du troc. Il était aussi Indispensable pour le commerce et les "caravane" du désert. Aujourd'hui la majorité des dromadaires sont dressés pour la course. Ils peuvent atteindre jusqu'à 65 km/h sur une courte durée et maintenir une allure de 40 km/h pendant environ une heure. 

Le "boswellia sacra", arbre à encens, se trouve principalement dans région du Dhofar. La résine est récoltée en pratiquant une incision peu profonde dans le tronc ou sur les branches de l'arbre. Il s'en écoule une sève laiteuse, qui coagule au contact de l'air et que l'on ramasse après une dixaine de jours, à la main. Cet encens est considéré comme le meilleur au monde.

La culture du palmier dattier est une des ressources d'Oman. Elle occupe 42% de la surface agricole. Un palmier fournit entre 100 et 200 kg de dattes par an.

L'olivier sauvage, le jujubier, le genévrier sauvage, la myrrhe...et bien d'autres encore sont présents sur le territoire.